15/07/2007

Un autre monde

Un monde qui  tourne à l’envers.

Un monde trop pressé. On n’y prend plus le temps de vivre.

On perd le contact.

Un monde d’indifférence, de tricherie, de mascarade.

Un monde où les hommes, pour oublier leur angoisse  marchent en blanc, en vert, en rouge et même en bleu.

Un monde où on oublie vite, très vite. On tourne la page.

Et puis c’est tout !

 

 

chienchat7

 

Il était une fois, dans ce monde au bord de l’apocalypse, un homme. Un homme encore jeune. Ni riche ni puissant. Tout simplement un homme.

 

Il s’appelait Thomas et venait de nulle part. Il marchait les pieds nus, pour mieux sentir la matière, disait-il. Il était libre dans sa tête et son regard était comme celui d’un enfant. Dans ses yeux, il n’y avait aucune usine en restructuration, pas de défi budgétaire, pas de manifs et surtout pas de chômage.

 

Thomas allait vers les autres et disait « je veux te faire un cadeau ».  Il leur disait aussi  « je t’aime »  et leur souriait. Inlassablement … Et dans ce sourire, aucune hypocrisie, aucun mensonge ni faux-semblant.  Aucune violence non plus. Thomas disait encore   « je veux t’aider, je ne veux pas te laisser seul ».

 

Personne n’écoutait cet homme encore jeune mais … ni riche ni puissant. Il offrait pourtant un autre monde. Un monde enfin humain. Solidaire. Un monde qui repousse la colère … qui a le courage de poser des actes de lumière. Il offrait un bouquet d’amitiés, de portes ouvertes et d’égoïsmes vaincus.

 

Thomas voulait donner à chacun le bonheur de vivre debout et de regarder l’avenir en face. Mais les autres ne voulaient pas de ce monde. Ils en repoussaient même l’idée.  Certains préféraient le silence des pantoufles. D’autres se lançaient dans de grands discours où les belles phrases rivalisaient avec les promesses.

 

En fait, un mot, un seul leur faisait vraiment peur à tous.  Le mot « solidaire ». Le prononcer était facile. Le vivre pleinement  l’était beaucoup moins.

 

Thomas comprit alors que le moment n’était pas encore venu pour eux d’accepter cet autre monde. Il sourit une dernière fois, se détourna …… et se promit de revenir   ……   bientôt.

 

Reproduction formellement interdite

16:29 Écrit par Nicole | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |